Convention AERAS et assurance emprunteur

La convention AERAS facilite l'accès a un crédit aux personnes présentant une maladie grave. Elle assure à ces personnes de bénéficier également d'une assurance de prêt immobilier imposée par la banque.

S'assurer avec un risque aggravé de santé  

Les malades ou anciens malades rencontrent souvent d’importantes difficultés pour décrocher un prêt immobilier. De même, l’assurance emprunteur est généralement inaccessible à ce public. A la Réunion, la convention AERAS permet d’accéder plus facilement au crédit et à l’assurance de prêt. 

La convention AERAS pour s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé, a été signée par les autorités, les fédérations professionnelles du secteur bancaire, de l’assurance et de la mutualité, les associations de malades et de consommateurs. Elle a pour objectif de rendre plus accessible le crédit immobilier ainsi que l’obtention d'une assurance emprunteur aux personnes atteintes de graves problèmes de santé.


Êtes-vous concerné par la convention AERAS ?

Ce dispositif concerne les personnes présentant un risque aggravé de santé, c’est-à-dire celles qui ne peuvent pas obtenir une offre de crédit et d’assurance aux conditions standard. Pour bénéficier de la convention AERAS à la Réunion, vous devez être âgé de moins de 70 ans à la fin du remboursement du prêt.


De plus, la part assurée de l’emprunt ne doit pas excéder 320.000 euros, hors prêt relais. Le fait d’être éligible à cette convention ne signifie pas pour autant que vous décrocherez votre prêt immobilier. En effet, l’emprunt est également accordé en fonction de votre solvabilité. 

La convention AERAS permet aux personnes ayant un risque de santé aggravé d'accéder à une assurance de prêt immobilier avec prise en charge du surcoût. 

Comment fonctionne la convention AERAS ?

Si vous souhaitez bénéficier du dispositif AERAS, vous devrez d’abord déposer une demande d’assurance pour le crédit immobilier choisi auprès de votre prêteur ou assureur. Ce dernier examinera votre dossier et vous remettra un document d’information spécifique. S’il apparaît que votre état de santé ne vous permet pas d’être assuré aux tarifs et conditions standard, votre demande sera automatiquement examinée par un service médical spécialisé.


À l’issue de cet examen, soit l’assureur donne son accord, soit votre dossier est transmis à un groupe de réassureurs pour un nouvel examen. Une fois ce réexamen terminé, l’assureur peut vous faire une proposition incluant une surprime et/ou des exclusions de garanties, ou refuser de vous prendre en charge en vous orientant vers la commission de médiation de la convention AERAS. Cette commission est chargée de trouver un règlement amiable et de faciliter le dialogue entre les parties.


Les solutions complémentaires à la convention AERAS

Deux dispositifs complètent la convention AERAS. Il s’agit du droit à l’oubli qui permet de ne pas avoir à déclarer une ancienne maladie comme un cancer sous réserve de respecter certaines conditions, et de la grille de référence de pathologies. Cette grille liste les pathologies pour lesquelles l’assurance sera accordée aux personnes qui en souffrent ou en ont souffert, sans surprime ni exclusion de garantie, après certains délais adaptés à chaque pathologie.


Avant de faire valoir la convention AERAS, n’hésitez pas à faire appel à un courtier qui vous proposera les meilleurs contrats du marché et vous accompagnera pendant la phase de souscription. En cas de refus d’assurance, même dans le cadre de la convention AERAS, pensez à la mise en place de solutions alternatives comme l’hypothèque, le cautionnement ou encore le nantissement. Bien qu’elles soient plus coûteuses, ces options suffisent parfois à rassurer la banque. 

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.